Structure d’une raquette

Anatomie d’une raquette

le cadre : Un bon aérodynamisme (entre autre) facilite la pénétration dans l’air : Il en résulte plus d’accélération au moment du balancement de la raquette vers la balle, donc plus de puissance et de vitesse de la balle.

le cordage : un bon cordage augmente la durée du contact (balle/cordage) qui se situe entre 3 et 7 millième de seconde.
Il en résulte plus de précision et plus de confort.

Le  Sweet spot (centre de percution) : doit  correspondre, le  plus possible, au centre géométrique du cordage.
L’impact de la balle dans cette zone apporte rendement  et plus de vitesse (restitution de l’énergie du cordage) peu de vibration et sensation de douceur.

Le grip  et le manche : L’ensemble doit être ergonomique.
Un bon grip doit adhérer et absorber la transpiration.
Ils doivent faciliter  les sensations dans le creux de la main afin d’assurer  la prise angulaire correcte, indispensale pour obtenir un tamis perpendiculaire au sol au moment de l’impact (autrement dit, dans le plan vertical, parallèle au filet).
Ces caractéristiques sont indispensables en cas de mauvais centrage de la balle.

raquette